Ratatouille – Le génie en chef !

27 04 2010

S’il existe un film qui me fait sourire de bout en bout en ne cessant de répéter à qui veut l’entendre: " ‘Tain trop génial!" c’est "Ratatouille" de Brad Bird.
Ce film est sans doute une des utilisations la plus intelligente jamais faite de la galette pelliculaire aussi digitale soit elle.
Il a été mon film préféré de 2008, et en le revoyant sur Canal, la magie agit toujours autant… Wouaaaah !
Voici un film qui fait fi de l’argument 3D (croyez moi vous allez en bouffer de la 3D avec des nanards bien dégoulinant de CGI baclées!!!) mais qui met en valeur une belle et bonne histoire, des personnages aux petits oignons et une animation subtile et relevée. La photographie est une sublime pièce montée, il n’y a pas une faute de gout dans la manière de montrer un Paris idyllique (tous les appartements, même les plus modestes ont la vue sur la Tour Eiffel !). Le rythme est relevé car le scénario mijoté aux petits oignons est écrit avec justesse et finesse, tout comme l’animation des personnages ou les textures qui ne cessent d’émerveiller de bout en bout. Du grand Art ! Certains plans ne pourraient exister que dans cette forme de film 100% CGI dont le point de vue de Remi dans son bocal où sous la toque par exemple. Le montage souvent cut est d’un rythme parfait et les trouvailles de mise en scène ne cessent d’émerveiller. C’est un festival pétillant de malice et de justesse dans les propos. Les tranches de vie sont servies à point.
Ratatouille n’est pas un film pour une tranche d’age particulière. Les thèmes qu’il aborde peuvent toucher tout le monde tant qu’on est pas trop ramolli du flan. Pèle mêle on y retrouve traités l’ambition, le racisme, la peur de l’autre, le mensonge, la misogynie, le mercantilisme, le courage, l’inspiration, la passion, l’entre aide, la filiation, la fidélité et la mémoire… je dois en oublier certainement.
En prime, on y trouve une des plus belles Madeleine de Proust du 7ème art.
Une preuve encore que Pixar est La véritable usine à rêve de ce début de millénaire et Brad Bird un merveilleux cinéaste.
On ne s’en lasse pas. C’est trop bon de déguster un film Pixar.

Ratatouille

About these ads

Actions

Information

Une réponse

17 05 2010
Tarek

Pouvait-on s’attendre à moins ? Brad Bird nous a déjà subjugué avec le plus-que-parfait "Les Indestructibles" que l’on peut conjuguer avec tout autant de plaisir au passé comme au futur.
Giacchino comme à l’accoutumé nous pond là une B.O des plus originales, mais toujours portant la touche si particulière à cet amateur invétéré du Jazz.
Je pense sincèrement que Michael Giaccino sera le John Williams de demain.

Ratatouille est un régal à tous les niveaux, et j’espère que Brad Bird ne s’arrêtera pas à si bon chemin, et qu’il nous régalera encore avec un futur Pixar.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

%d bloggers like this: